Quand le métro prend le tram ?

Les plus jeunes n’en ont probablement pas conscience, mais certaines parties du métro bruxellois ont été parcourue par des trams, avant la mise en service. Au fur et à mesure de l’avancement des travaux, les morceaux étaient mis en exploitation avec des trams, c’est ce qu’on appela à l’époque le prémétro et qui est toujours utilisé aujourd’hui, à Bruxelles, pour parler de ligne de tram en tunnel. Ce fut notamment le cas pour le tronçon entre Schuman et Sainte-Catherine, mais également pour l’axe 2 (actuelle ligne 2 – 6).

Rame de métro et trams à Trône, ex LuxembourgPhoto : Brossel8260 sur Flickr

La photo ci-dessus a été prise le 10 mars 1988 dans l’actuelle station Trône, anciennement Luxembourg, des lignes 2-6, peu de temps avant la conversion au métro, comme nous le connaissons actuellement. Elle illustre un tram (motrice dépannage 2, ex-motrice 5021 de 1935) tractant une rame de métro.

Le quai de la station était partiellement au niveau tram (soit un quai bas) et partiellement au niveau métro (quai haut), comme on peut encore le retrouver actuellement dans les stations de prémétro de la grande ceinture (Boileau à Diamant) et de l’axe nord-sud.

 

Quand le métro prend le train ?

Dans le même style, le transfert d’une rame de Métro entre le dépôt de Haren, où elle a été livrée et testée, et le dépôt Delta, d’où elle assure ses services, via le chemin de fer.

Publicités

Moule à gaufre


Cette photo a été prise à Evere (Bruxelles, Belgique) lors d’une balade. Il s’agit d’une moule avec la forme d’un moule à gaufre à l’intérieur – on peut faire un jeu de mot du type un moule à gaufre ou une moule à gaufre… Cette œuvre trône au milieu d’un rond-point et est le reste d’un ensemble d’œuvres produites en 2012 dans le cadre Brusselicious, année de la gastronomie à Bruxelles.
Il y avait 35 oeuvres de ce type évoquant la gastronomie belge et bruxelloise, notamment avec un verre de bière blonde, un cornet de frite ou encore un chou de Bruxelles.

L’idée de réutiliser une oeuvre au milieu du rond-point est pas mal, elle permet éventuellement de se rappeler de cet évènement, mais également de décorer un rond-point à moindre coût. De plus, on peut apprécier le geste écologique qui consiste à réutiliser un objet, plutôt que de s’en débarrasser.

C’est notamment dans le cadre de Brusselicious que le concept du tram restaurant a été mis en œuvre en collaboration avec la STIB. Il circule toujours actuellement, sous le nom de tram expérience.


La photo ci-dessus est prise au musée du tram en février 2016

Plus d’information
http://www.lemonde.fr/m-styles/reactions/2012/03/30/au-vernissage-des-emblemes-de-la-gastronomie-belge_1677331_4497319.html
http://canal.brussels/fr/content/bxxl-brusselicious-expose-35-%C5%93uvres-monumentales-dans-la-ville
https://culturicious.wordpress.com/2013/05/22/
https://www.brusselslife.be/fr/agenda/brusselicious-xxl-35-oeuvres-monumentales

Exploration urbaine à Gand


Cette photo a été prise à Gand, sous un viaduc de l’autoroute E40. Nous voyons une motrice PCC [Presidents Conference Committee] construite dans les années ’70 pour la MIVG (Maatschappij voor het Intercommunaal Vervoer te Gent) y était stockée initialement, avec d’autres, en vue d’une revente à un autre réseau. Le temps passa et le stockage de ces trams sans surveillance permit le vandalisme.

Sur les différents trams stockés plus aucun ne semble être en état de rouler « facilement ». Absence de vitre, état intérieur complètement saccagé, …

Une deuxième vue, pour montrer l’état intérieur d’un des trams stockés.


Pour ceux intéressés par la MIVG, celle-ci a disparu en 1991 pour fusionner avec la MIVA (Maatschappij voor het Intercommunaal Vervoer te Antwerpen) et la partie flamande de la SNCV (Société Nationale des Chemins de fer Vicinaux) pour donner la Vlaams Vervoer Maatschappij, plus connue sous son nom commercial, De Lijn.

Le centre historique de Gand et ses trams

Gand est une jolie ville avec un centre historique assez bien préservé et agréable à visiter. Dans le centre historique de la ville passent plusieurs lignes de tram du réseau gantois. Cette photo illustre qu’un tram moderne peut parcourir une ville sans amocher celle-ci.

Nous voyons la motrice Hermelijn 8301 chargeant ses passagers à l’arrêt Gravensteen de la ligne 1. En arrière-plan, on peut voir les fortifications du Gravensteen, le château des comptes de Flandre. Il s’agit d’un château médiéval propriété de la ville et qui est visitable.

Si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas à visiter cette jolie ville et notamment son centre historique, facilement accessible, à pied, depuis la gare de Gand-Saint-Pierre. Si je peux donner un conseil, il est préférable d’éviter les weekends d’été et les longs weekends d’été, l’affluence de touristes étant importante. Il est probablement préférable de choisir une période plus froide, mais qui peut aussi offrir un magnifique temps pour des photos et découvrir la ville, avec un peu moins de monde.

Tintin sur un tram

Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion de photographier un train Thalys faisant la promotion du film « Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne » en gare de Bruxelles-midi

Cette année, pour assurer la promotion du Musée Hergé à Louvain-la-Neuve, un tram de la STIB arbore une livrée publicitaire présentant Tintin et le bâtiment du musée Hergé.

Par ailleurs, des cartes Mobib a l’effigie des personnages de Tintin ont été éditées et son en vente dans les bootik de la STIB.


La motrice Bombardier Flexity Outlook 3095 de la STIB est photographiée au terminus Boondael Gare de la ligne 25 du réseau de Bruxelles.

Une série de trams fait également la publicité des cartes Mobib Tintin.

Deux chevaux

Non, je ne fais pas référence à cette mythique voiture Citroën, mais à deux chevaux tractant un tram hippomobile.


Nous sommes dans les rues de Prague en septembre 2015, pour fêter les 140 ans du réseau de tram de la ville, une parade de tram et camions échelles a été organisée par les autorités. Ce tram hippomobile ouvrait la parade.

70 ans après

un camion militaire et un tramway évoquant la fin de la deuxième guerre mondiale

La photo illustre une motrice standard des tramways Bruxellois en état « deuxième guerre mondiale » et un camion de l’armée américaine. Les deux véhicules datent de la même époque.

Cette photo a été prise le 10 mai 2015 au Musée du Tram, où un rassemblement de véhicules militaires étaient présent en vue de commémorer les 70 ans de la fin de la deuxième guerre mondiale.

Ce qui caractérise le tram en état deuxième guerre mondiale, c’est l’occultation du phare. Le 17 sous le numéro de matricule du tram (1763) est une plaque posée sur le phare et permettant d’indiquer le numéro de la ligne assurée par la motrice à la nuit tombée. Cette occultation permettait de limiter l’émission de lumière la nuit et de ne pas permettre à l’ennemi (l’aviation alliée) de se situer dans l’espace.