Rencontre inattendue avec un convoi militaire américain


Lors d’un retour d’un voyage en voiture, j’ai eu l’occasion de croiser un convoi de véhicule de l’armée américaine. Les véhicules se déplaçaient en Bavière, dans la localité d’Ansbach.

Nous voyons ici un Hummer, dont la désignation dans les forces armées américaines est High mobility multipurpose wheeled vehicle [HMMWV ou Humvee]. Celui-ci tracte une remorque et faisait partie d’une colonne de véhicule en tout genre ayant plutôt un rôle de soutien logistique (je n’ai pas vu de véhicules de combats, il n’y avait que des camions et Hummer).

Publicités

Man 373

A l’occasion de la journée sans voiture, je vous propose une photo prise en septembre 2014 au dépôt Jacques Brel. A l’occasion de la journée sans voiture de 2014, le dépôt était accessible au public pour permettre de découvrir l’envers du décor.

A cette occasion, la STIB offrait également des démonstrations de certains de ses véhicules, dont notamment une démonstration des fonctions du « MAN 373 ». Ce véhicule, en service depuis décembre 2000 est une dépanneuse permettant de tracter des véhicules routiers (notamment des bus), mais également de remettre sur les voies les trams.

Le Man 373 est équipé d’une grue de 90 tonnes (visible sur la photo) et d’un bras élévateur (non visible sur la photo) pour tracter les bus (capacité de levage de 34 tonnes à 1,5m de haut).

70 ans après

un camion militaire et un tramway évoquant la fin de la deuxième guerre mondiale

La photo illustre une motrice standard des tramways Bruxellois en état « deuxième guerre mondiale » et un camion de l’armée américaine. Les deux véhicules datent de la même époque.

Cette photo a été prise le 10 mai 2015 au Musée du Tram, où un rassemblement de véhicules militaires étaient présent en vue de commémorer les 70 ans de la fin de la deuxième guerre mondiale.

Ce qui caractérise le tram en état deuxième guerre mondiale, c’est l’occultation du phare. Le 17 sous le numéro de matricule du tram (1763) est une plaque posée sur le phare et permettant d’indiquer le numéro de la ligne assurée par la motrice à la nuit tombée. Cette occultation permettait de limiter l’émission de lumière la nuit et de ne pas permettre à l’ennemi (l’aviation alliée) de se situer dans l’espace.